Discover, Expat, Français, Worldschooling

Découvertes culinaires

Réveil en trombe ce matin, j’émerge d’un sommeil lourd et comateux en un sursaut de panique et à juste titre: il est 9h26 et nous avons rendez-vous à 10h avec Liu à Thao Dien pour signer notre contrat de bail. En sachant qu’il faut en moyenne 25 minutes pour s’y rendre et que tout le monde roupille, ça va être du sport.

Vite, vite, debout, non, pas de petit dèj ce matin, sorry, on enfile les vêtements, on embarque les passeports, l’ordinateur portable et la demoiselle au petit coeur encore tout endormi, on envoye vite un message what’sapp pour prévenir de l’inévitable retard… Heureusement que les propriétaires logent sur place et que l’agent immobilier a son bureau juste à côté! Nous arrivons à 10h15, et sommes accueillis par une assistante avec qui nous avions discuté la veille de ses nouveaux acquis en français. Elle nous a gardé la casquette qu’Anaïs avait oubliée la veille. Ces gens sont vraiment adorables, et on a secrètement envie de devenir leurs amis.

Mais il est d’abord temps de parler affaires: les propriétaires sont très sympathiques et sont venus accompagnés de leur plus jeune fille. Alors, pendant que nous relisons le contrat de bail une dernière fois, Anaïs se fait sa première copine vietnamienne. La langue n’est vraiment pas une barrière à cet âge là et si notre fille malgré ses facilités linguistiques s’entête à ne parler que français, et si sa nouvelle amie lui répond en vietnamien, elles rigolent tout de même toutes les deux comme des petites folles. Après avoir tout signé, nous faisons un transfert bancaire d’un mois de garantie locative et avons l’occasion de visiter notre futur appart une nouvelle fois. Nous sommes toujours aussi ravis et avons du mal à croire que c’est vraiment là que nous allons vivre. Emménagement le 16 juillet! Nous en profitons pour faire un tour à la plaine de jeux et visiter à nouveau la piscine. Je vous avoue qu’aujourd’hui ça nous a carrément fait rêver!

Les températures semblent plus élevées que les jours précédents, probablement parce que le ciel est dégagé et pour la première fois je regrette ne pas nous être recouverts de crème solaire. Liu nous demande s’il fait chaud en Belgique et écarquille des yeux lorsque nous lui faisons un topo de la situation météorologique en général. Elle nous prévient tout de même que malgré les températures constantes, la saison des pluies ne fait que commencer et qu’elle risque de s’intensifier dans les semaines à venir. La conversation est très agréable, mais nous ne voulons pas trop profiter de sa générosité et la remercions. Nous la reverrons dans une semaine, ainsi que nos propriétaires, lors de l’état des lieux et de la remise des clés.

Nous décidons d’aller visiter le grand supermarché local qui se trouve littéralement à 5 minutes de notre future habitation, histoire d’évaluer les prix  et de découvrir les produits locaux. Il y a des produits importés qui coûtent un bras et une jambe (anglicisme assumé), comme par exemple les pommes de Nouvelle Zélande à 20 dollars le kilo. Ceci dit, je ne sais pas vous, mais moi quand j’ai accès à des mangues, des papayes, de la pastèque, des bananes délicieusement sucrées, des jackfruits, des mangoustans, des litchis et autres fruits que je n’ai jamais vus de ma vie, les pommes ça me passe complètement au dessus de la tête… Il y a de la coriandre, du basilic et pleins d’herbes inconnues au bataillon en veux-tu en voilà. Il y a du lait d’amande et de soja (ouf), toutes sortes de nouilles, de riz en vrac (moins d’1$ le kilo), même des spaghettis (2$ le paquet – en cas de grosse crise de manque), du tofu sous de nombreuses formes (youpie!) et pour les omnivores, des poissons tellement frais qu’ils sont vivants dans leurs aquariums, ainsi que de la viande dépecée devant le regard fasciné d’Anaïs qui me demande quelle est la partie du corps de la vache que le monsieur est en train de découper. Elle a un certain goût pour le gore cette petite… Nous achetons une grande bouteille d’eau et du gel douche (ça devient une obsession mais vous comprenez, nous n’avons emporté que le strict minimum…) pour un total de 118.000 dôngs (5$): 110.000 le gel douche, et 8000 pour l’eau.

IMG_3553

Et là, comme d’habitude, nous sommes affamés et décidons de tenter l’un des restos du méga-mall. Alex est déçu, il voulait aller manger au resto japonais près de notre hôtel, mais dans ce quartier-ci, les souhaits sont des ordres! Resto japonais ce sera! Anaïs choisit des tempura de légumes et un onigiri (boulette de riz), je prends des maki à l’avocat et un bol de ramen aux légumes. Alex me copie et rajoute un assortiment de sushis. Quel délice ce ramen, une explosion de saveurs exquises sur nos palais, telle qu’on ne peut s’empêcher des « mmmmmh » et des « miaaaaam ». Surprise aussi quand l’onigri de la demoiselle est composé de riz et de petits morceaux de saumon cuit. Je lui notifie « Oh oh mon petit chat, regarde, il y a des petits bouts de poisson dedans ». Elle hausse des épaules: « C’est pas grave quand même, j’aime bien ». Ok… Elle engloutira le tout en moins de 5 minutes, ainsi que 3 sushis à Alex au saumon et au thon cru. Mais c’est ça aussi, apprendre à être tolérants et libres: chacun mange comme il veut et je pense lui avoir suffisamment raconté les raisons de mes choix alimentaires pour qu’elle décide aujourd’hui de ce qu’elle veut manger ou non. Et puis, à force de l’appeler « petit chat », qu’est-ce qu’on s’imaginait? Je ris avec tendresse de la voir se régaler.

De retour au bercail, c’est l’heure de la sieste pour la petite puce, du travail pour le grand chéri, et moi j’en profite pour enfin me faire masser. Je l’aurai bien mérité ce massage après tous les mois de préparatifs pour arriver ici! Je me dirige vers le spa près de l’hôtel où se trouvaient les deux vietnamiens rencontrés le premier soir qui avaient l’air si charmant. Je regarde « la carte » et j’opte pour un massage viet de 60 minutes pour 220.000 dôngs (10$). C’est un peu plus cher qu’ailleurs, mais qu’à cela ne tienne, c’est peut-être justifié. Je m’installe dans une « chambre » sur la table de massage en petite tenue et le jeune homme aux allures de divas (son maquillage à paillettes lui allait à merveille) commence à me masser…. Comment vous dire… C’était un mélange entre des mouvements intéressants qui m’ont vraiment détendu les muscles endoloris par le voyage et le stress, et des coups de poings douloureux qui m’ont donné l’impression d’être de la viande crue qu’on devait attendrir. Petite pensée pour la vache du supermarché de ce matin… Ayant eu pour expérience précédente un excellent massage Thai de 120 minutes à Bangkok par un professionnel aux mains expertes que j’ai longtemps soupçonné d’être soit devin soit doté de pouvoirs magiques, ou encore des séances de Shiatsu de mon amie Anne à la technique douce et précise, forcément j’ai été déçue. Ce jeune homme voulait bien faire, je le sentais, mais je n’ai pas été convaincue qu’il sache réellement ce qu’il était en train de faire. Difficile de totalement lâcher prise dans ces conditions, n’ayant pas forcément envie de finir tétraplégique tout de suite. En sortant, il me donne un reçu et me demande combien je compte lui laisser de pourboire: 3$, 5$, 10$ ou 15$. Je n’ai qu`1$ de plus que le prix prévu – je n’aime pas sortir avec beaucoup de dôngs sur moi et lui laisse donc ce tip un peu volé. Rien de très grave, je suis quand même un peu soulagée de la plupart des mes courbatures. Mais lorsqu’il me lance un « Come back next time », je souris poliment…

A peine rentrée, Anaïs se réveille et nous décidons de nous installer sur la terrasse sur le toit, à côté d’un petit lézard qui vient nous rendre visite, pour un peu d’ « école » Elle est enthousiaste et vraiment bonne élève, c’est très chouette. Mais la nuit tombe déjà à 18h30 et nous devons rentrer pour continuer d’y voir quelque chose!

12F4C4FE-F6D3-4EDE-BF12-3BAF5E45B5B9

A 20h, nous sortons tous ensemble pour dîner, même si nous ne savons pas encore où et c’est au détour d’une ruelle comme on les aime que nous trouvons une petite gargote sympathique du nom de « Bookworms’ coffee »: des livres partout, des plats vietnamiens, britanniques et européens tous ou presque disponibles en version Vegan, tout ça avec des bières anglaises pour les amateurs, et du wifi gratuit pour les accros comme moi! Petite perle saigonaise où nous avons envie de tout goûter! Anaïs et Alex optent pour un spaghetti bolo presqu’aussi savoureux que celui que je faisais à Bruxelles – ceux qui ont goûté savent que je ne me vante pas tant que ça-, et moi je reste local: riz frit au tofu et aux légumes. Et c’est encore une fois une tuerie. Le propriétaire, britannique, nous donne quelques bonnes adresses Vegan dans les alentours – il n’a pas peur de la concurrence – et après avoir conversé, me donne 4 ou 5 noms d’écoles de langues susceptibles de m’embaucher avec des salaires corrects. Bref, c’est certain, nous reviendrons demain: il y a trop de choses à tester sur cette carte et l’ambiance y est vraiment très bon enfant.

Je note aussi comme il est différent de découvrir un endroit lorsque l’on sait qu’on ne repart pas tout de suite. Lors de mes précédents voyages, j’ai toujours ressenti le besoin de voir tout, vite, de tout organiser, de mettre des réveils, de ne pas perdre une minute, car le temps, évidemment, nous était compté. Pour la première fois, ici, nous le prenons, ce fameux temps, car il est à disposition. Rien n’est perdu, tout est expérience à faire, si pas aujourd’hui, alors sûrement, demain.

Bonne soirée!

5 thoughts on “Découvertes culinaires”

  1. Cool, Grenouille est sur le bon chemin pour la nourriture et je suis comblé d’apprendre que chacun mange comme Il veut……
    Allez, le message est passé, lors de votre premier retour ce sera……….BBQ ! 👍😊😂❤️❤️❤️
    Bisous les enfants

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s